Sécurité sur les campus : des SMS pour avertir les étudiants

Lundi 21 avr 2008 | Sécurité

student telephone mobile campus

L’université Concordia à Montréal vient d’investir près de 50.000 $ dans un système d’alerte par SMS de ses étudiants en cas de crise. le système est complexe et efficace. Il permet apparemment l’envoi d’un message ciblé en fonction de l’emploi du temps et du lieu où se trouve les étudiants. Le dispositif est complété par un sytème de diffusion d’annonces sonores et visuelles, histoire que les étudiants ne possèdant pas de téléphone portable puissent quand même être avertis si un tueur psychopathe se ballade dans les couloirs du campus.

> Lire l’article : « Un message texte pour sauver des vies« .

Lors de la dernière fusillage dans une université de l’Illinois, les étudiants avaient également été avertis par messages téléphoniques et par mails. Sur la majeure partie des campus français,  à part les sirènes incendies, je crains qu’il n’existe pas de sytème très poussé d’information et d’alerte des étudiants. A ma connaissance, seul Audencia a choisi depuis 2003 de communiquer par SMS avec ses étudiants. Leur constat : « le taux d’équipement de [nos] étudiants en téléphone mobile était quasiment de 100% (…) Et contrairement aux mails, nous touchons les étudiants où qu’ils soient. »

A l’instar de l’université Concordia qui prévoit de se servir des SMS pour les communications urgentes ou à caractère stratégique (annulation de cours, horaires de transports en communs…), Audencia s’en servait pour rappeler les échéances importantes  ( dates limites de dépots de dossiers…).

twitter bird Au-delà du coût d’une solution professionnelle intégrée et couplée aux bases de données de l’université, rappelons qu’il est aujourd’hui possible gràce à plusieurs services de micro-blogging (twitter notamment…) de diffuser gratuitement par mail/messagerie   /SMS des messages de 140 caractères à des centaines de « followers », c’est-à-dire de personnes inscrites au service et qui ont souscrit à votre flux. J’en parlais déjà il y a un an.

Imaginons :

  • l’université se créé un compte, chez twitter par exemple. cela prend 30 secondes et c’est gratuit.
  • une personne du service communication est chargée de recueillir auprès du service des relations internationales, de la division des études…les dates et échéances importantes au cours de l’année.
  • l’université communique sur son compte twitter auprès des étudiants et les invite à y souscrire.
  • les étudiants peuvent choisir le mode de réception des messages: SMS ou internet
  • il ne vous reste plus qu’à envoyer des messages régulièrement. Exemple : « Rappel : date limite de dépôt des dossiers Erasmus : 20 février 2008, présidence de l’université, bureau 253. »

Ce genre de solution ne permet pas encore un ciblage aussi précis que les solutions professionnelles de serveurs de SMS mais c’est un premier pas en matière de communication « mobile ». Qui plus est , les étudiants choisissent volontairement de recevoir les messages, on peut donc être sur que le message passe et soit entendu. Alors ? Quelle université française se lancera la première ?

PS: je viens de me rendre compte que d’autres y ont également pensé. Brian Swartzfager qui travaille à l’université du Maryland (USA) écrivait il ya un an dans une note : « Twitter as Alert System?« 

Partagez et diffusez cet article :
  • Print
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • viadeo FR

A lire également :

Tags: , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire



Seule agence française spécialisée « enseignement supérieur », Campus Communication est une agence de communication globale qui s’adresse aux universités et aux écoles supérieures.

iTunes U dépasse les 300 millions de téléchargements http://goo.gl/fb/b9vfl (via @servicesmobiles) 2010-08-25

Derniers commentaires
Agences communication Marseille: Cet article se révèle incroyablement bien...
Manuel Canevet: Ha bah voila ! Une réponse ! Notre article n’aura pas...
Martin Grandjean: Bonjour, Merci de ce récapitulatif. Comme vous m’en...